Présentation des origines de la préstidigitation

Créé par Jules Rovère à partir du mot latin « presto digit » qui veut dire « agilité des doigts », la prestidigitation a pendant très longtemps servi à symboliser le divin et s’est même souvent assimilée à la magie noire. Si son évolution récente a permis de la classer dans la catégorie des arts de divertissement, sa pratique quant à elle ne permet pas une définition très exacte du mot. Toutefois, son histoire pourrait bien aider à mieux la cerner.

Qu’est-ce qu’un prestidigitateur ?

un-des-premier-prestidigitateur
La prestidigitation pourrait être définie comme l’art de créer des illusions, par des procédés invisibles, des trucages, des manipulations d’objets que l’on fait apparaître ou disparaître dans le but de divertir un public. A ne pas confondre avec le mentaliste, qui utilise principalement des techniques de manipulation. Ainsi, le terme prestidigitateur qui a depuis remplacé les termes « escamoteur » ou « physicien », désignait historiquement celui ou celle qui pratique cet art. Cette personne doit être dotée d’une grande agilité des mains et des doigts. C’est d’ailleurs en restant dans le même esprit qu’au 12ème siècle, Jean de Salysbury désignait comme un prestidigitateur un faiseur de tours.
Cependant, aujourd’hui la pratique d’un tel art ne consiste pas seulement en la vitesse ou l’agilité des doigts. Sa réussite dépends en effet pour beaucoup d’un ensemble d’autres critères tels que la manipulation, les accessoires, le timing : respect des temps forts et des temps faibles, le boniment ou la musique, les fioritures, l’attitude, la personnalité, l’originalité, le regard, le don de comédien, etc. Par exemple, n’est pas que prestidigitateur celui qui pratique uniquement des tours d’adresse (mains et paroles). Selon Jean-Eugène Robert-Houdin, le sont également ceux qui réalisent des expériences de magie simulée, qui produisent des effets prodigieux de l’esprit (mentalisme), qui évoquent des esprits (médium) ou créent un magnétisme simulé comme la seconde vue, etc. Aujourd’hui, le prestidigitateur est également appelé illusionniste, ou magicien par abus de language.

Les origines de la prestidigitation

Bien que cet avis ne soit pas partagé par tous les spécialistes, la prestidigitation qui est aussi considérée comme l’art de la magie trouverait son origine bien loin dans l’histoire de l’Humanité. Les nombreuses gravures rupestres de sorciers et d’animaux mythiques ainsi que la description par l’Ancien Testament du combat qu’ont livré Moïse et Aaron contre les magiciens de Pharaon semblent bien témoigner de son effectivité. De plus, plusieurs objets magiques retrouvés intacts et conservés dans certains musées ne font que rapporter la preuve de l’ancienneté de la pratique. Il s’agit notamment des vases grecs truqués qui datent du quatrième siècle avant J.C et qui sont exposés aux musées de Louvre en France et d’Allard Pierson d’Amsterdam en Hollande.
L’on peut donc conclure que, l’art de manipuler les objets, d’utiliser des marionnettes, et de prétendre que cette manipulation est la manifestation pure et simple d’un phénomène surnaturel a depuis toujours existé et passionné plus d’un. Même si elle s’est originairement assimilée à la magie noire, la prestidigitation s’est progressivement affirmée magie blanche pour devenir de nos jours un art du spectacle qui revêt plusieurs formes selon le lieu ou elle est pratiquée et du type d’illusion déployée.

Depuis, la magie a bien évoluée, voici d’ailleurs un article sur les plus grand magicien de notre temps, allez donc y jeter un oeil 😉

50% sur le pack magie avec le code BONNEANNEE jusqu'au 08/01/18En profiter
+